Wikipedia

Interessante artigo do Figaro sobre os procedimentos e problemas da maior enciclopdia aberta e popular do mundo, a Wikipdia.

Vejam trecho abaixo e cliquem no link para a ntegra:

“Wikipdia, encyclopdie sous haute surveillance

Vritable rfrence, l’encyclopdie gratuite en ligne est aussi critique l’extrieur que surveille l’intrieur.

FAUT-IL se mfier de Wikipdia, l’encyclopdie en ligne accessible gratuitement, et rdige par le peuple pour le peuple ? Avec plus de 6 millions d’articles disponibles en 250 langues, dont 420 000 en franais, cette mine de savoirs est devenue l’un des 15 sites les plus visits du Web. Plbiscite par les uns, elle est pourtant rgulirement critique par les autres pour sa qualit et son mode de fonctionnement.

Car Wikipdia n’est pas une encyclopdie comme les autres. Lance en 2001 par le philosophe Larry Sanger et l’homme d’affaires Jimmy Wales, elle ne s’enrichit que des contributions des internautes, qu’ils soient chercheurs, ingnieurs ou simples citoyens. N’importe qui peut y rdiger un article, supprimer et ajouter des passages. Aucune contribution n’est contrle a priori. Et s’il est conseill de crer un compte pour s’identifier et se faire connatre des autres membres, cette procdure n’est pas obligatoire. Il suffit de cliquer sur l’onglet Modifier d’une page de Wikipdia pour corriger son contenu. Ce qui ouvre parfois la porte des abus. Dbut 2006, la presse amricaine rvlait ainsi que plusieurs parlementaires avaient modifi leur biographie pour la rendre plus flatteuse …

Politiciens en mal de publicit, artistes inconnus, membres de sectes et autres militants politiques viennent rgulirement sur Wikipdia pour rcrire l’histoire, promouvoir leurs ides. Ou faire de mauvaises plaisanteries. Comme l’affaire Seigenthaler, qui a clabouss Wikipdia fin 2005. Ce journaliste amricain, ancien assistant de Robert Kennedy, a dcouvert dans sa biographie publie sur Wikipdia qu’il tait souponn de complicit dans l’assassinat des frres Kennedy et qu’il avait alors d se rfugier en URSS ! Une sale blague, reste plus de quatre mois en ligne avant d’tre repre. C’est que Seigenthaler n’est pas une grande clbrit, expliquait alors Jimmy Wales. En gnral, la correction d’une erreur ou d’une information fallacieuse a lieu en quelques heures, voire en quelques minutes.